7 rue Gambey - 75011 Paris // Nous localiser

Sommaire du blog

Petits rats des villes

Petits rats des villes

Petits rats des villes

Rats des villes + rats des champs
Nous avons été, dans les précédents articles, de sympathiques rats des champs (Article – La santé est dans le pré) puis de jolies belettes de montagnes (Article – L’appel des montagnes), nous sommes, cette fois-ci, de retour sur le macadam.
Notre santé physique, mentale et spirituelle dépend, comme nous l’avons souvent vu, de la qualité de notre environnement immédiat et de tout ce qu’il communique à nos cinq sens. C’est ainsi que, lorsque ce qui nous entoure n’est plus en adéquation avec la Vie elle-même, nous nous sentons facilement fatigués, déprimés et sujets à divers maux. Toutefois, sans le savoir, nous regorgeons de ressources pour nous en protéger et, plus étonnamment, pour en tirer des bénéfices, profitables à tous les plans de notre être.
Alors, avis à tous les citadins stressés, blasés, speedés et overbookés, votre ville (aussi polluée soit-elle !) et toutes ses énergies peuvent participer à votre bien-être et vous apporter la paix que vous méritez !

Face au chaos, j’appelle la sérénité

Fille + lotusPartout où nous nous trouvons, qui que nous croisons… des leçons nous sont enseignées ; d’autant plus si nous comprenons que le hasard n’existe pas. Ainsi, face à l’animation (agitation?) perpétuelle des villes et aux stress entraînés par des modes de vie dénaturés, la sérénité et le détachement s’imposent. Peu de tempéraments s’en sentent capables alors qu’il ne s’agit que de la volonté de travailler sur soi et d’évoluer (enfin !). Prendre conscience de notre capacité d’enracinement (“Je suis ici et maintenant“) mais également de nos inclinaisons spirituelles (“Je suis“, “Hamsa“, “Soham“) est le début d’une profonde métamorphose qui modifie notre façon de percevoir la réalité et, de facto, nous invite à en créer une autre beaucoup plus belle ! Pour s’entrainer (car tout vient avec un peu de sueur, “Practice and all is coming“, Pattabhi Jois), commencez par travailler le lâcher-prise dans les transports en commun ou en voiture par exemple.

Petit quizz ! Si vous avez coché plus de trois OUI, il est temps de changer !
Bus anglaisEn transports en commun :
– Vos oreilles sont sensibles et vous ne supportez pas qu’une personne parle un peu trop fort au téléphone ? OUI/NON
– Entendre malgré vous la vie des autres vous met mal à l’aise ? OUI/NON
– Mieux, les ondes du téléphone de votre voisin suffisent à perturber l’ouverture de vos chakras ? OUI/NON
– Vos récepteurs olfactifs sont vite saturés par des odeurs corporelles un peu trop prononcées ? OUI/NON
– Vous avez déjà été mordu par un rat dans le métro ? OUI/NON

En voiture :
Voiture + oiseau– Vous soupçonnés 90 % des automobilistes qui croisent votre route d’avoir acheté leur permis ? OUI/NON
– Les feux sont sciemment réglés afin de rallonger tous vos trajets de 10 minutes sans exception ? OUI/NON
– Le pompiste attend votre arrivée à la station pour lancer une inflation sur les prix de l’essence ? OUI/NON
– Votre chat vomit systématiquement sur votre plage arrière dès lors que vous roulez plus de 2 minutes, au-delà de 15 km heure. OUI/NON

Question subsidiaire :
L’enfer, c’est les autres ? OUI/NON

Japonaises + YogaLa pratique du Yoga et la lecture des textes (les Yoga Sutras de Patanjali, entre autres) modifient intensément notre rapport au monde. Tout d’abord, le Pranayama (la conscience portée dans le souffle), la tenue des Asanas (postures), la récitation des mantras… favorisent la purification de nos canaux subtils (les nâdis), la circulation de l’énergie et la captation que nous faisons du prâna (énergie vitale) qui nous entoure. Tous ces exercices augmentent ainsi notre taux vibratoire et participe à notre alignement. Ce dernier point est essentiel à notre évolution dans des environnements stressants et à notre capacité à faire face à des personnalités toxiques. Plus notre intériorité est nourrie, moins nous nous sentons poreux aux énergies négatives.

A deux, c’est mieux !
La Nature nous offre des espaces privilégiés pour poser son tapis de Yoga, mais la Ville, quant à elle, nous donne la chance de pratiquer en groupe et de profiter de son élan, de son énergie. Un cours de Yoga collectif est une riche expérience, extrêmement vitalogène car les vibrations de chacun tendent à s’harmoniser. Le syllabe “Om” chantée communément en classe, en début et en fin de pratique, correspond à des temps particuliers pendant lesquels chacun se met à l’unisson avec le groupe mais également avec l’univers tout entier. Le “Om” nous rappelle d’ailleurs que tout est vibration et né de ce son originel et créateur.
Les exercices de respiration à deux donnent également une dimension particulière au Pranayama.

Pour l’expérimenter !
AmoureuxAsseyez-vous dans la posture du lotus (Padmasana), paumes de main sur les genoux, dos à dos avec votre partenaire.
Connectez-vous à votre souffle et prenez conscience de l’air frais qui entre par vos narines puis qui se réchauffe, en se diffusant dans chacune des parties de votre corps. Inspirez tout d’abord dans le ventre, puis montez le souffle dans la poitrine et, enfin, dans la partie haute des poumons, sous les clavicules.
Sentez ensuite comment le dos de votre partenaire se dilate puis se contracte contre le vôtre, les résistances créées ainsi que la chaleur qui s’en dégage.
Continuez à respirer profondément mais commencez votre inspiration quand votre partenaire expire à son tour et maintenez cette respiration alternée pendant au moins 10 minutes.
Pour terminer l’exercice, essayez de resynchroniser vos souffles.

J’y trouve tout ce que j’y cherche et plus encore

Ville Tokyo - Florent ChavouetLa Ville, c’est bien aussi parce tout ce qu’on a imaginé s’y trouve !
Quand on suit un régime particulier (en raison d’intolérances et d’allergies alimentaires ou par choix) et qu’on apprécie manger au restaurant mieux vaut ne pas compter sur la petite auberge de montagne pour nous servir un plat sur mesure. A Paris, on compte un nombre incalculable de restaurants végétariens, végétaliens, bio, macrobiotiques ou encore sans gluten.

Voici la liste de ceux que j’affectionne particulièrement :
Soya : il est situé à quelques pas de Make Me Yoga (!), ce qui le rend d’autant plus sympathique.
A mes yeux, il s’agit de l’un des meilleurs restos végétariens de la capitale. Le cadre industriel est agréable. Allez-y pour le brunch (avec formule à volonté) et les lasagnes de légumes !
20 rue de La Pierre-Levée, 75011 Paris

Boulangerie Chambelland : sur la petite place, près de la rue Oberkampf (toujours à quelques foulées de Make Me Yoga), vient d’ouvrir une boulangerie-pâtisserie-salon de thé 100 % sans gluten. Les pains sont fabriqués à partir de farines de riz ou de quinoa, moulues dans un moulin en Provence, que le patron des lieux a construit. Le pain s’achète en quart ou en demi et se conserve jusque 5 jours. Mon préféré, le pain des Athlètes.
14 rue Ternaux, 75011 Paris

OnigriGuenmaï : il s’agit du plus vieux restaurant macrobiotique de Paris, dont l’équilibre des plats réside sur le principe du Yin et du Yang. Un menu du jour unique est proposé et toujours composé de céréales complètes, de légumineuses, d’algues et de soja fermenté. Du poisson frit peut également être servi. Vous pouvez également emporter vos plats et dénicher quelques produits d’épicerie bio.
6 rue Cardinale, 75006 Paris

Chloé S : la pâtisserie propose différentes gammes de cakes et cupcakes au sirop d’agave (pour les diabétiques), vegan ou sans gluten !
40 rue Jean-Baptiste Pigalle, 75009 Paris

ChatJe sors du registre alimentaire ! Pour ceux en mal d’affection animale, vous pourrez toujours vous rendre au premier bar à chats de Paris. La dizaine de chats qui y résident proviennent tous de la SPA.
Café des chats, 16 rue Michel-Le-Comte, 75003 Paris

SourisParce qu’on ne peut pas toujours être là où l’on veut (quoique…), il faut simplement apprendre à se préserver, prendre de la distance avec ce qui nous entoure mais surtout comprendre que le bonheur est partout ! La vie citadine met à l’épreuve notre patience, notre empathie, notre calme tout autant qu’elle nous permet de vivre mille et une expériences devant toujours être vécues au service de notre propre évolution.

☆ Laure Terrier de la Chaise ☆

Vous avez ♥ l’article ? Dites-le avec un like et partagez-le !

A lire : la saga “Environnement et revitalisation” !
L’appel des montagnes
La santé est dans le pré
Notre mer nourricière
Jolies nourritures terrestres

Share This:

Dans mon frigo naturo

Dans mon frigo naturo

Dans mon frigo naturo


Détrompez-vous, il n’y a pas que des légumes, du tofu et des jus de choucroute fermentée dans mon frigo, loin de là. Certaines choses se mangent et d’autres non… Petite visite guidée.

Rez-de-chaussée
Frigo 2
Bien évidemment, le bac à légumes du naturopathe est toujours très fourni. Il est soit abonné à une Amap et reçoit hebdomadairement son panier bio, soit il se fournit quotidiennement (ce qui est mon cas) dans son magasin bio préféré.

Il est important de conserver exclusivement ses légumes et certains fruits dans cette partie du frigo car la température y est la plus élevée et se situe entre 8 et 10°C. Un froid trop excessif pourrait, quant à lui, altérer leur qualité nutritionnelle et donc leur teneur en vitamines, minéraux, oligo-éléments

Le respect de la saisonnalité est primordial pour le naturopathe. Il essaie également de consommer le plus local possible. En avril, le radis noir (cru, coupé en julienne dans une salade), les radis roses, les endives (crues, braisées, cuites à la vapeur), les blettes (utilisez les feuilles pour vos smoothies verts et les côtes en gratin), les petits oignons blancs, les asperges et tous les choux sont à l’honneur.

Tout est consommable dans un légume, d’autant plus si il est de qualité biologique. Si vous êtes à court d’idées pour cuisiner les fanes (de carottes, de radis), les tiges des poireaux, les cosses… sortez du placard votre cuit-vapeur (ah bon, vous n’en avez pas encore un ?!) et cuisez-y, pendant 15 minutes, verdure et épluchures. Passez le tout au mixeur, en ajoutant, au choix, un lait végétal (avoine, soja, amandes). La soupe est prête !

♥ Voici ma recette préférée pour cuisiner les fanes de radis et de carottes :
RadisVelouté de fanes
1- Dans une poêle, faites revenir 3 petites échalotes dans un fond d’huile d’olive.
2 -Une fois colorées, ajoutez-y les fanes lavées et grossièrement hachées.
3 – Remuez pendant 8 minutes environ.
4 – Recouvrez d’eau (minérale ou filtrée à la Brita) en y ajoutant un bouillon de légumes (par exemple, ceux de la marque Rapunzel) et deux gousses d’ail et laissez cuire à feu moyen pendant 20 minutes.
5 – Mixez le tout (jus de cuisson compris) en y incorporant de la crème de soja, du sel (fleur de sel de Guérande ou sel rose de l’Himalaya) et du poivre.
6 – Dégustez chaud (en entrée par exemple).

1er étage

EsquimauSortez vos polaires car il s’agit de l’étage le plus froid du frigo. Sa température se situe aux alentours de 2°C. On y range classiquement la viande et le poisson, mais le naturopathe n’est pas un grand carnivore et s’est bien souvent tourné vers le végétarisme. Cet étage est souvent vide chez moi. Je ne le remplis que lorsque les accusations de mon cher et tendre d’être responsable de son anémie deviennent un peu plus virulentes… Dans ce cas, j’accepte d’y faire entrer du poisson péché et congelé en mer ou de la viande issue de l’agriculture biologique. Les animaux issus de ces élevages bénéficient de parcours en extérieur qui leur permettent de brouter, l’écornage des bovins adultes est interdit, les OGM sont exclus de leur alimentation et celle-ci doit provenir majoritairement de l’exploitation de l’éleveur, les traitements allopathiques en cas de maladie sont limités au bénéfice de la phytothérapie, de l’homéopathie et de l’aromathérapie. Ce dernier est au minimum contrôlé une fois par an par un organisme certificateur. Même si ce n’est pas parfait, c’est toujours mieux que les méthodes utilisées dans l’élevage intensif, non ?

Tofu never screamsPour ceux qui ont fait le choix de ne pas manger d’animaux, je vous rappelle quelques règles d’association alimentaires qui permettent de répondre à nos besoins quotidiens en protéines, qui s’élèvent à 65 g en moyenne par jour (entre 0.8 et 0.9 g par kilo de poids idéal) :
Céréales (quinoa, riz complet, sarrasin, boulgour, petit épeautre, semoule de blé) 2/3 + légumineuses (fèves, pois chiches, pois cassés, haricots adzuki, haricots rouges et blancs, lentilles) 1/3.
Pensez à faire tremper vos légumineuses la veille de leur consommation dans de l’eau filtrée, pour une meilleure digestibilité.
2 œufs cuits mollets (5 minutes dans de l’eau bouillante) apportent l’équivalent de 120 gr de viande maigre.
100 gr de tofu nature.

PopeyeJ’entends souvent des personnes qui se disent végétariennes et qui ignorent totalement le fait que les protéines végétales sont dites “incomplètes” en raison de leur faible teneur en méthionine (l’un des huit acides aminés essentiels). Elles sont donc moins assimilables par l’organisme et, c’est pourquoi, il faut absolument les associer à une autre source végétale. Une carence en protéine peut avoir d’importantes répercussions sur la santé et entraîne une fragilité osseuse, une fonte musculaire, des perturbations hormonales, un mauvais pouvoir de cicatrisation, une fragilisation des phanères

2e étage
Frigo
La température qui y règne est de 5°C. Les laitages en tout genre (crème fraîche, fromages, yaourts) s’y portent généralement comme des charmes. Les locataires du frigo naturo sont, en revanche, un peu différents. Une consommation excessive de produits laitiers entraîne inexorablement une surcharge de l’organisme et une production accrue de mucus qui vient altérer notre physiologie et nos métabolismes. Nous sommes certes au pays du fromage, mais il est indispensable d’en consommer avec parcimonie et surtout de les choisir de grande qualité. Pour ceux qui ne supporteraient pas le sevrage, je conseille de privilégier le fromage de chèvre et de brebis biologiques. Essayez également de le consommer le matin au petit-déjeuner car il sera mieux métabolisé par l’organisme. De plus, il contient un acide aminé, la tyrosine, précurseur de la dopamine, un neuro-médiateur qui permet littéralement à notre organisme de se mettre en route. C’est en quelque sorte le “starter” de notre machine.
La crème fraîche peut également être facilement remplacée par des crèmes végétales. Pour retrouver la pointe d’acidité de cette dernière, ajoutez-y simplement un peu de moutarde. Je vous assure, personne ne verra la différence !

Le congélateur (oui déjà, c’est un petit frigo !)
Tout au long de l’année, mon congélateur héberge deux choses essentielles. L’une est comestible, l’autre non.
AbeilleL’un des produits les plus miraculeux de la ruche, le pollen, se préserve congelé, en raison de sa grande fragilité. Ce véritable trésor nutritionnel (riche en vitamines du groupe B, minéraux et anti-oxydants) et énergétique (hautes vibrations) peut être consommé quotidiennement (1 cuillère à soupe) et, d’autant plus, lorsqu’on se sent fatigué. Le pollen est la semence mâle produite par les étamines de la fleur, butinée par l’abeille et rapportée, à la ruche, sous forme de petites pelotes, confectionnées à partir de leur salive. Il est ensuite stocké dans les alvéoles (en vue d’être consommé par les abeilles elle-mêmes) et y subit une fermentation lactique (il peut contenir jusqu’à 10 millions de ferment par gramme). Le pollen frais peut entrer en action contre les perturbations de la flore intestinale, du système immunitaire, l’acidose, les bouffées de chaleur liées à la ménopause, les prostatites (inflammation de la prostate), les allergiesPollenergie de Percie du Sert récolte différents pollens de grande qualité (de saule, de châtaignier, de fleurs…), distribués en magasin biologique. Vous pouvez le consommer directement à la cuillère, dans une compote ou en le mélangeant à vos céréales.

Ours polaireIl n’y a qu’un naturopathe pour vous faire découvrir ce qui suit ! Avez-vous déjà entendu parler des bains dérivatifs ? Oui, non ? Mais si oui, quel est le rapport avec le compartiment congélateur de mon frigo ?! France Guillain a créé une technique ultra simple pour profiter des bienfaits du bain dérivatif sans faire couler les grandes eaux. Elle a mis au point une poche en plastique remplie de gel à base de cellulose qui, une fois congelée, se porte entre les cuisses. La sensation de fraîcheur décongestionne le petit bassin et draine toutes les graisses et toxines qui ont tendance à s’y accumuler. L’été, pendant les périodes de forte chaleur, le principe est juste divin ! Vous serez étonné par la sensation de légèreté ressentie après leur utilisation ainsi que par la perte de poids associée si vous êtes régulier. Cavous intrigue? Vous trouverez les poches en vente sur le site Yokool.

La porte
Il s’agit de la partie la plus chaude du frigo qui peut y atteindre les 15°C. On y stocke nos œufs et généralement les bouteilles de lait. Sans partir en guerre contre l’industrie laitière, le naturopathe a compris, depuis bien longtemps, qu’il est important de rendre à César ce qui est à César ; tout comme le lait, qui est destiné au petit veau ! Le lait n’est pas digeste pour l’homme tout simplement parce qu’il ne possède pas une enzyme qui est nécessaire à son métabolisme, la lactase. Il faut également cesser de croire que le lait est une source privilégiée de calcium car celui qu’il apporte n’est pas le plus assimilable par l’organisme. Pour se faire, il doit se présenter sous forme de carbonates de calcium, ce qui n’est pas le cas. Résultat des courses, la consommation de lait entraîne une surcharge de l’organisme et des problèmes digestifs.

Lait Vache
Saviez-vous également que des vaches élevées dans des exploitations classiques sont traitées deux fois par jour et produisent jusqu’à 23 litres quotidiennement alors qu’un veau allaité n’en consomme que 5 à 6 litres… Ces vaches finissent toutes par souffrir de mastite (inflammation des pies) et larguent avec le lait traité une importante quantité de pue. Yummy, n’est-ce pas !
Les laits végétaux sont une parfaite alternative, surtout si c’est uniquement pour arroser vos céréales. En ce qui concerne les enfants, j’en parlerai une prochaine fois.

Vernis à onglesEnfin, dans ce frigo de naturo, il y a aussi une fille qui se cache. La porte du réfrigérateur est l’endroit idéal pour stocker les vernis à ongle et allonger leur durée de vie. Mais attention pas n’importe quel vernis. Je les choisis sans toluène, dibutylphtalate, formaldéhyde, xylène… car il a été prouvé que ces substances pénètrent dans le sang et sont de puissants perturbateurs endocriniens. Les marques certifiées Ecocert ont fait d’énormes efforts notamment sur les couleurs. Kure Bazaar est une très bonne marque !

☆ Laure Terrier de la Chaise ☆

A lire !
Le Parfum du Yoga
D’amour et d’eau fraiche, oui mais laquelle !
Inspire le printemps, expire l’hiver, comment se détoxiner ?
Mes chakras grands ouverts
Stress, mon amour
Jolies nourritures terrestres
Sweet night
Je vis comme je respire

Vous avez ♥ l’article ? Dites-le avec un like et partagez-le !

Share This:

Stress, mon amour

Stress, mon amour

Stress, mon amour

Quel vaste sujet… et pour cause, on le cuisine à toutes les sauces. Les factures nous stressent, les enfants de notre voisine nous stressent, les examens nous stressent, le dentiste nous stresse, notre boss nous donne des ulcères, notre famille n’en parlons pas et la société, c’est à peine si on peut encore la supporter. Et pourtant, malgré cette avalanche de soucis quotidiens, nous essayons d’avancer cahin-caha, écrasés de surcroit par ce gros sac-à-dos bourré à craquer de stress en tout genre.

Et si la vie, la vraie je veux dire, n’avait rien à voir avec tout ça ? Tout d’abord, parce que le stress ressenti peut être apaisé et les stresseurs évités et deuxièmement, parce que notre corps, lorsqu’il se met à parler, nous délivre de précieux messages sur le chemin que nous devons suivre, quitte à devoir entièrement le rebrousser.

StressOui d’accord, notre environnement est anxiogène
Lorsque chaque matin nous ouvrons nos volets, nous avons rarement la chance d’entendre le chant des oiseaux, humer l’air frais de la forêt et d’admirer la nature qui s’éveille elle aussi.
Notre radio-réveil se met à hurler, nous coupant le plus souvent en pleine phase de sommeil profond ; nous sautons du lit ahuri ; filons sous la douche et y restons une minute chrono ; avalons parfois un petit-déjeuner déséquilibré si notre estomac n’est pas trop noué (pain blanc, margarine et confiture, accompagné d’un café) et filons nous engouffrer dans la première bouche de métro (habillé évidemment !).
Le rythme restant de la journée est souvent tout aussi intense et ne laisse aucune place aux moments de détente, pourtant si vitalogènes ! Je passerai, ici, sur les déjeuners pris sur le pouce en compagnie de collègues mal lunés et les dîners zappés pour incompatibilité d’emploi du temps.
Les personnes que nous croisons quotidiennement dans la rue, le métro ou en voiture, nourrissent également nos tensions. Vous êtes d’ailleurs persuadés de ne croiser que des personnes impolies, qui ont oublié le saut de puce sous la douche, agressives, pressées, moroses… bref, qui bizarrement vous ressemblent (sauf pour la douche, hein !).
Et pour couronner le tout, si en plus vous ne supportez pas votre travail (et ça fait 10 ans que ça dure), vous gagnez sur tous les fronts des stresseurs.

Nous sommes nos propres pollueurs

Se stresserOui, la vie n’est pas facile ; oui, le temps nous file entre les doigts ; oui, on ne peut pas toujours faire comme on veut, surtout quand les factures tombent inéluctablement chaque mois… Toutefois, tous les aspects de nos existences possèdent une marge non négligeable d’amélioration. Si votre activité professionnelle et votre lieu de vie vous semblent difficilement changeables, en revanche, l’interaction que vous entretenez avec tous ces stresseurs l’est. Lorsque l’on ressent un stress, notre corps nous envoie un ensemble de signaux physiques (se manifestant différemment chez chacun) sensés nous préparer à la fuite ou au combat. Notre instinct de survie se met littéralement en branle. Malheureusement, notre système nerveux, en permanence sollicité et agressé, nous plonge dans un état de stress maximum, devenant peu à peu chronique. Nos réactions deviennent disproportionnées, nos émotions nous mènent à la baguette, nous devenons peu à peu à fleur de peau.

Partant du principe que nous n’arrêterons pas les chauffards de klaxonner, les fainéants de s’asseoir sur les strapontins du métro aux heures de pointe, notre collègue de louvoyer pour une augmentation… il est temps de se tourner vers son intériorité et de vivre ces événements avec détachement. Plus votre richesse intérieure est cultivée, plus ce qui vous entoure vous parait étranger.

Prendre son temps

Stress tempsEn manquer génère automatiquement son lot de stress, et nous fait basculer automatiquement en système orthosympathique, que nous pourrions comparer à notre guerrier intérieur. Toutes nos fonctions vitales sont mobilisées, tout comme lorsque nous étions vêtus de peaux de bêtes, vivions dans des cavernes et partions à la chasse aux mammouths pour se nourrir. Notre respiration est l’une de nos premières fonctions à pâtir de ce rythme que nous nous imposons. La plupart des personnes respire de façon saccadée et uniquement dans la poitrine, prête à bondir en quelque sorte.

Keep calmIl faut impérativement s’enlever cette croyance que nous manquons de temps. Les journées ont toujours fait 24 heures et, entre 6 et 10 d’entre elles, doivent être consacrées au sommeil. Les 14 heures restantes doivent être équitablement occupées par des phases d’activités physiques ou intellectuelles et de détente. Il est triste de constater que beaucoup culpabilisent de ne rien faire, parce que nos sociétés sont entièrement tournées vers la productivité, l’hyper-activité, le verbiage incessant (la télé-réalité en est un bon exemple)… Or, ces moments de calme que l’on s’accorde sont de merveilleuses occasions de se tourner vers soi, de reposer son corps, de nourrir son âme… Prenons l’exemple de la douche. Cette activité devrait toujours être accomplie en conscience ; celle de nettoyer son corps mais également son esprit. L’eau nous purifie au sens propre comme figuré. Il ne s’agit pas d’y passer des heures, mais de vivre cet instant dans l’ici et maintenant. Autre exemple, les déjeuners que nous prenons, même sur nos lieux de travail, doivent être pris dans le calme avec des gens que l’on apprécie. Octroyez-vous le droit de déjeuner seul plutôt que mal accompagné. Avec un peu de recul, vous noterez que vous seul faites votre emploi du temps.

Pour se reprogrammer :
L’idée n’est pas de faire taire les symptômes du stress, mais d’adopter une hygiène de vie qui réponde à nos besoins fondamentaux. Petit tour d’horizon de ce que vous pouvez mettre en place (chacun de ces sujets fera l’objet d’un article plus détaillé) :

SommeilLe sommeil : notre corps se régénère littéralement pendant le sommeil. Que vous soyez un petit ou un gros dormeur, quelques règles sont à respecter. Éviter dans votre chambre à coucher les appareils électriques branchés (auto-réveil, chaine hi-fi, télévision, ordinateurs…) et le wifi. C’est le moment de ressortir votre vieux réveil à pile ! Une chambre saturée d’ondes électro-magnétiques ne sera pas propice à un sommeil de qualité. Éviter également de regarder ou de lire des choses violentes qui ne vous permettront pas d’activer votre système parasympathique (votre médecin intérieur). Avant de vous endormir, vous posez des intentions ! Demandez simplement de jouir d’un sommeil réparateur ou formulez des souhaits plus spirituels. Ces petits rituels créent une énergie propice à la détente et au voyage intérieur !

L’alimentation : les personnes anxieuses ou nerveuses ont très souvent un terrain que l’on qualifie en naturopathie d’« acidifié » (fluctuation et acidification du pH du plasma veineux sanguin). On conseille alors d’éviter les aliments acides tels que les tomates, agrumes, épinards cuits, fruits rouges, rhubarbe, oseille, le thé, le café, l’alcool, les produits laitiers… pour privilégier les aliments alcalins : banane, pomme douce, pommes de terre, carottes, laitue, oléagineux…

BananeUne alimentation riche en magnésium est aussi à favoriser car il participe à la transmission de l’influx nerveux et à la décontraction musculaire. Les oléagineux, légumes verts, céréales complètes, légumineuses et le chocolat présentent un apport intéressant. Pour un coup de pouce, vous pouvez prendre en cure d’un mois, à raison de 3 à 6 gélules par jour, de la poudre d’huîtres portugaises sauvages (POP). http://www.mon-herboristerie.com/tonus-immunité

La méditation : c’est une voie magnifique pour tous ceux qui sont sur un chemin introspectif, un très bon outil pour apaiser le mental et libérer son corps des tensions du stress. Pour ceux qui ne se sentent pas de rester immobiles en posture du lotus dans le silence, je leur conseille de commencer par des méditations guidées à écouter le soir allongés dans leur lit. Toutefois, attention de ne pas s’endormir ! Voici mes préférées :
Méditer jour après jour, de Christophe André
Méditer, 108 leçons de pleine conscience, de Jon Kabat-Zinn

TratakaPour les autres, je vous propose la merveilleuse méditation sur la flamme d’une bougie (trataka). Elle est particulièrement conseillée pour purifier le corps physique et tous les corps subtils. Elle aide à réguler le rythme cardiaque et réduit la fréquence des ondes cérébrales. Assis dans la posture du lotus, placez à un mètre environ une bougie, et fixez la flamme sans cligner (on y arrive !). Vous pouvez rester ainsi le temps souhaité. Puis, fermez les yeux et visualisez la flamme au niveau de votre 3e œil (Ajna chakra), toujours en maintenant une respiration profonde et calme. Cette technique permet de travailler à la fois la concentration (dharana) et la méditation (dhyana).

Follow your heartMais au final, si le stress nous guidait ?
Lorsque notre corps parle, c’est que nous n’avons pas su ou voulu saisir en notre for intérieur les messages que notre conscience nous délivre. Laisser perdurer les symptômes du stress (céphalées, troubles digestifs, cardio-vasculaires, du sommeil, eczéma, anxiété…) c’est ignorer une situation qui ne nous convient pas et permettre à toutes sortes de pathologie de s’installer alors que nous en recevons l’alerte ! Lorsque votre corps s’apaise tout comme  votre mental, vous pouvez être sûrs que vous êtes là où vous deviez être !

Laure Terrier de la Chaise

A lire !
Le Parfum du Yoga
D’amour et d’eau fraiche, oui mais laquelle !
Inspire le printemps, expire l’hiver, comment se détoxiner ?
Mes chakras grands ouverts

Vous avez ♥ l’article ? Dites-le avec un like et partagez-le !

Share This:

Dans mon assiette naturo (en hiver)

Dans mon assiette naturo (en hiver)

Dans mon assiette naturo (en hiver)

 
Assiette naturo - hiverL’hiver est une saison pendant laquelle il faut être particulièrement attentifs à sa santé et à l’énergie dont nous disposons.

Les virus, dont la survie et le potentiel de contamination sont favorisés par l’humidité, l’absence d’ensoleillement, le froid, le manque d’aération des habitations et la promiscuité (!), sont rendus particulièrement agressifs.

Rares sont ceux qui passeront la période hivernale sans avoir été cloués au lit quelques jours, victimes d’une gastro-entérite, d’un rhume ou d’une grippe.

Mais y a-t-il véritablement plus de virus pendant les grands froids ? Il semblerait que non. Mais alors, pourquoi tombons-nous davantage malades ?

Assiette naturo - éternuerAvant de mourir, Pasteur avouait “Le microbe n’est rien, le terrain est tout.“, reprenant la théorie d’Antoine Béchamp, docteur ès sciences, un contemporain contre lequel il n’a eu de cesse de s’opposer. Dans ce cas, si le microbe n’est plus l’adversaire à abattre, comment prévenir les maux de l’hiver et en guérir ?

En travaillant son terrain !

Nos cultures nous orientent paradoxalement vers une alimentation encrassante et dévitalisante pendant cette période ; sous couvert que nous avons besoin de chaleur et d’aliments qui tiennent au corps.

Les laitages et les féculents (pommes de terre, patates douces) sont omniprésents, le cru disparait des assiettes, les légumes sont consommés systématiquement cuits (archi-cuits ?) et mixés (donc encore chauffés) et les portions augmentent insidieusement (le froid ça creuse…) !

Je vous propose trois menus sur une journée type (petit déjeuner, déjeuner et diner) et plusieurs trucs/tips qui concourront à l’optimisation de vos forces vitales en hiver ainsi qu’au renforcement de votre terrain. Trois mots d’ordre : plaisir, couleur et frugalité !

Le petit-déjeuner

Assiette naturo - crème BudwigAprès avoir bu un verre d’eau tiède, je vous propose une crème Budwig revisitée (également joliment appelée crème de cent ans).

Cette recette a été inventée par la célèbre Dr Catherine Kousmine, en hommage à une pharmacienne nommée Johanna Budwig qui consacra une partie de ses recherches aux huiles et aux margarines. La mixture est originellement préparée sur la base d’un laitage de vache ; seul élément qui ne sera pas intégré dans la recette qui suit.

Ingrédients :

1 yaourt de brebis ou de chèvre
1 céréale complète fraichement moulue (pour être vivante !), sans gluten (de préférence) : amarante, riz, maïs, sarrasin, quinoa
1 banane bien mûre
1 cuillère à soupe d’huile de lin, première pression à froid et biologique
Le jus d’un demi citron
Une 10aine d’amandes réhydratées (mises à tremper la veille dans de l’eau de source) et concassées

Des morceaux de fruits frais de saison (pommes, poires)

Commencez toujours par émulsionner le yaourt de brebis avec l’huile avant d’ajouter le reste des ingrédients.

Intérêts nutritionnels :

Assiette naturo - Good morningCette crème agira comme un véritable starter pour toutes les fonctions de votre organisme.

La céréale moulue puis immédiatement consommée n’a pas le temps de s’oxyder contrairement aux farines préparées depuis plusieurs jours. Préparée avec son germe, elle préserve son important taux en vitamines B, E et en acides gras.

La banane est le fruit contenant le plus de glucides (le combustible de nos muscles) et elle est rassasiante. Sa teneur en potassium est également élevée. Ce sel minéral participe, entre autres, à la synthèse de certaines de nos protéines en fibres musculaires.

L’huile de lin et les amandes sont d’excellentes sources d’acides gras essentiels/oméga-3 (que le corps ne sait pas fabriquer). Cependant, pour être absorbés, les acides gras linoléiques doivent être liés à une protéine ; c’est pourquoi il est intéressant de maintenir un yaourt de brebis plutôt que de le remplacer par un yaourt végétal.

Le citron, quant à lui, apporte de la vitamine C, un acteur important de la stimulation de l’immunité et de la lutte contre les radicaux libres.

Assiette naturo - bananes

Matériel nécessaire :

Version luxe
Un moulin à céréales/grains électrique : Davidson distribue le modèle Fidibus medium en hêtre massif doté d’un système de meule en céramique et d’un moteur silencieux de 360 Watts qui ne chauffe pas.

Version huile de coude
La mouture des grains peut également être réalisée à l’aide d’un pilon et un mortier ou d’un moulin à café. Les modèles Peugeot (élaborés au XVIIIe siècle !) sont souvent proposés d’occasion sur le site Ebay pour quelques dizaines d’euros.

Pour la boisson chaude, préparez-vous une infusion au thym. Cette plante est particulièrement intéressante en hiver pour ses propriétés antiseptiques et immuno-stimulantes.

Pour le déjeuner

Vous n’êtes pas morts de faim, alors que vos sacro-saintes tartines-beurre-confiture ont été évincées de votre breakfast ? Alors continuons !

Souvent pris sur le pouce, par manque de temps ou d’intérêt, le déjeuner est pourtant un moment clé de la journée qui appelle du calme et de la conscience ! Essayez toujours de partager vos repas avec des personnes que vous appréciez et de porter de la conscience à tout ce que vous portez dans votre bouche.

Assiette naturo - Sur le pouce

L’assiette que je vous propose se prépare rapidement. Elle est colorée, variée, équilibrée, vivante et bourrée de nutriments.

Ingrédients de la salade de lentilles hot & cold (pour 2 personnes) :

60 g de lentilles vertes du Puy
2 branches de céleri
1 pomme
100 g de tofu fumé au bois de hêtre (marque Soy)

1 oignon
1 poignée de cranberries séchées
1 poignée de noisettes (que vous concasserez)
3 tiges de coriandre fraiche
1 feuille de laurier
1 cuillère à soupe de graines de sésame complet grillé

1 cuillère à café d’huile de sésame
2 cuillères à café d’huile d’olive
3 cuillères à café de vinaigre balsamique
Sel/poivre

Rincez les lentilles et faites-les cuire pendant 40 minutes dans de l’eau (commencez la cuisson dans l’eau froide), en ajoutant directement l’oignon émincé et la feuille de laurier.

Pendant ce temps, émincez les deux branches de céleri, la pomme épluchée, le tofu et la coriandre.

Égouttez les lentilles et l’oignon et ajoutez le reste des ingrédients ainsi que l’assaisonnement, les graines de sésame, les noisettes, les cranberries, le sel et le poivre.

Intérêts nutritionnels :

Cette recette vous permet de profiter d’un repas qui vous réchauffera tout en proposant une importante part de cru.

Les lentilles sont une très bonne source de glucides complexes (17 g pour 100 g), à index glycémique bas, de protéines, de fibres et de minéraux (fer, calcium, magnésium, zinc).

Le céleri, riche en fibres, présente également de petites quantités de vitamines B et C, de bêtacarotène (anti-oxydant) et de sels minéraux.

Le taux de flavonoïdes de la pomme lui confère son important pouvoir anti-oxydant.

Le sésame, quant à lui, est la source la plus importante de calcium (quoi, le lait de vache ?) mais possède également une teneur record en magnésium et en fer.

Assiette naturo - Etre en forme

Le diner

Il est pour moi un adage vers lequel nous devons tendre et qui conseille de manger “comme un roi au petit déjeuner, comme un prince au déjeuner et comme un pauvre au dîner.

Je parle régulièrement des monodiètes de jus de légumes, tant il s’agit d’un trésor nutritionnel que l’on s’offre à soi et qui peut tout à fait constituer un repas (d’autant plus si on se couche peu de temps après).

Assiette naturo - jus

Pour réaliser ce jus, un extracteur à vis est nécessaire. Cet appareil ne doit pas être confondu avec un mixeur ou une centrifugeuse qui ont tendance à dénaturer les nutriments en raison de la puissance du broyage et de la chauffe entraînée par la force centriguge.

Un extracteur de jus, en plus d’extraire et de préserver toute la richesse nutritionnelle du fruit ou du légume, permet d’en éliminer les fibres.

Bien quelles soient extrêmement précieuses (elles sont chargées du grand ménage de notre intestin), notre système digestif a parfois besoin d’une surcharge moindre de travail afin de se régénérer. Alors que les aliments solides nécessitent plusieurs heures de digestion, les nutriments apportés par le jus de légumes sont rendus directement disponibles pour la cellule et les tissus.

Ingrédients pour un jus vert (pour 2 personnes) :

Assiette naturo - épinards3 pommes
4 branches de céleri avec les feuilles
1 petit fenouil
45 g d’épinards frais
1 citron pelé à vif
1 eau de coco de 350 ml (Vita coco)

Les fruits et légumes passeront à l’extracteur avec leur peau, leur tige et leurs pépins.

 

Intérêts nutritionnels :

Un mot qui à sa simple évocation évoque une couleur : la chlorophylle !

La propriété populaire de ce pigment vert est celle de détoxifier l’organisme. Pourtant, elle favorise également la formation de l’hémoglobine du sang, la cicatrisation et participe au renforcement du système immunitaire en raison de sa richesse en minéraux ionisés qui favorisent la création de liaisons avec toutes sortes de vitamines et d’acides aminés. Elle est aussi oxygénante en raison de sa capacité à transformer le gaz carbonique en oxygène.

Matériel nécessaire :

Version luxe
L’extracteur de jus Green star Elite de Keimling a des cylindres broyeurs (110 tours par minute), équipés d’aimants qui activent la bio-disponibilité des nutriments.

Version huile de coude
L’extracteur de jus manuel Z-star Z-710 de Keimling a une vitesse de rotation lente qui n’échauffe pas les nutriments. Son utilisation est archi-simple et ne nécessite aucune préparation en salle de musculation !

 

Sachez que nous inhalons jusqu’à 400 000 virus par minute* ; s’intéresser à son terrain, c’est-à-dire à ses forces et faiblesses, et surtout à ses réels besoins (!) doit devenir une priorité. Combien de feu pourront ainsi être étouffés avant qu’ils ne s’embrasent.

assiette naturo - to be in loveNotre alimentation est notre premier remède, comme Hippocrate le formulait dès le IVe siècle. Incriminer un manque de temps ou d’argent illusoirement nécessaires pour profiter d’une alimentation vivante revient à se déresponsabiliser vis-à-vis de sa santé. Ce qui est précieux dans la vie demande de l’attention et de l’Amour !

☆ Laure Terrier de la Chaise ☆

 

Vous souhaitez me consulter en naturopathie et connaître mes tarifs, envoyez un mail à contact@makemeyoga.com.

Vous avez ♥ l’article ? Dites-le avec un like et partagez-le !

A lire : la saga “Naturopathie” !
Dans mon frigo naturo
Full of life
Jolies nourritures terrestres
Cure détox : comment se détoxiner ?
Daily detox

Share This:

Le parfum du Yoga

Le parfum du Yoga

Le parfum du Yoga

L’aromatologie (le terme aromathérapie étant réservé au corps médical) est un merveilleux univers qui, lorsqu’il se superpose à celui du Yoga, en révèle de nouvelles dimensions. Les huiles essentielles possèdent souvent un pouvoir et une vibration insoupçonnés, qui peuvent, à chaque moment de notre vie, nous accompagner intimement ; d’autant plus lors de notre pratique de Yoga !

Cet article a pour objectif de vous présenter une sélection d’huiles essentielles qui se trouvent aisément dans le commerce (je vous propose à la fin de cet article quelques producteurs d’huiles essentielles de grande qualité, qui travaillent dans l’amour et le respect de la terre ces trésors) et dont le prix est accessible.

Pendant ma séance de Yoga et de méditationLe parfum de la méditation
Lors de notre pratique, nous nous sentons souvent plongés dans une bulle de bien-être, en raison de la connexion que nous établissons avec notre intériorité et nos sensations et, tout cela, sans rien intellectualiser !
L’huile essentielle que je vous propose est une huile dite « sacrée ». On la connait surtout pour être utilisée en fumigations pratiquées lors des messes. Et pour cause, elle crée une véritable protection spirituelle pour tous ceux qui la respirent.
OlibanHE d’encens Oliban (résine de Boswellia). Son action s’applique au-delà de notre corps physique. Elle crée autour de chacun une enveloppe protectrice et lumineuse qui participe, lors d’une pratique de Yoga, au travail d’ouverture des chakras. Elle nous relie aux énergies plus vastes et subtiles de l’univers et donc à de hautes vibrations. Elle favorise l’élévation de l’esprit. En d’autres termes, elle vous aidera à calmer votre mental et donc vos angoisses !
Avant de commencer votre séance, vous pouvez en appliquer une goutte au niveau d’Ajna chakra (chakra du 3e œil), d’Anahata chakra (chakra du cœur) et de Manipura chakra (chakra du plexus solaire). Vous pouvez également l’utiliser en voie interne, c’est-à-dire en verser une goutte dans une cuillère à café de miel et l’avaler ! Une troisième utilisation consiste à déposer 3 à 4 gouttes sur un charbon de bois.

Après ma séance de Yoga
Si la journée commence !
Si vous souhaitez rester dans le dynamisme de votre pratique de Yoga, de nombreuses huiles peuvent porter votre vitalité et vous placer dans la joie.
HE d’épinette noire (Picea mariana). Si vous souhaitez recharger vos surrénales (ces petites glandes situées au-dessus de vos reins, responsables de la sécrétion d’hormones et notamment de l’adrénaline), c’est l’épinette qu’il faut choisir ! Elle relance globalement l’énergie vitale. Après votre cours, vous pouvez frictionner la plante de vos pieds de quelques gouttes. Si vous avez la possibilité de prendre une douche, vous pourrez vous frictionner le dos encore humide, en insistant sur le long de la colonne vertébrale.

LavandeSi je me couche !
C’est tellement agréable de rentrer se coucher après son cours de Yoga, de mettre au repos son corps et de lui laisser intégrer le moment qu’il vient de vivre. Une huile essentielle très populaire vous aidera à rentrer dans un sommeil réparateur et à lâcher les dernières tensions.
HE de lavande vraie (Lavandula angustifolia). Elle est célèbre et ce n’est pas pour rien. Elle calme le système nerveux et nous rappelle systématiquement des moments de vacances, dans le sud de la France ou quelque part dans le bassin méditerranéen. Déposez quelques gouttes sur votre oreiller et votre couette.

GaulthérieSi mon corps me fait mal
HE de gaulthérie (Gaultheria procumbens). Ses propriétés thérapeutiques sont nombreuses. Elle est anti-inflammatoire, anti-rhumatismale et antalgique et donc bien connue des sportifs. Lorsque vos muscles et tendons sont douloureux (tendinite, élongation, contracture, déchirure, crampe…), ajouter à une huile végétale neutre, 3 gouttes de gaulthérie et masser localement et profondément la zone jusqu’à la pénétration totale du corps gras. L’action mécanique du massage et l’huile essentielle chaufferont le muscle et apaiseront la douleur et l’inflammation.

Si j’ai du mal à respirerSi j'ai du mal à respirer
Lors des exercices de respiration (Pranayama), il est important de pouvoir mobiliser toutes ses capacités pulmonaires et de respirer sans entrave uniquement par le nez. Une sinusite, une bronchite, de l’asthme, une toux chronique… peuvent compliquer les exercices et en amoindrir leurs bienfaits. C’est pourquoi, il ne faut pas hésiter pendant une séance de brancher pendant 15 à 20 minutes (pas plus) un diffuseur d’huiles essentielles.
HE de pin sylvestre (Pinus sylvestris). C’est l’une des huiles essentielles les plus oxygénantes qui existent en plus d’être un très bon antiseptique respiratoire. Elle décongestionne puissamment la sphère ORL. Elle permet également d’assainir l’atmosphère ; ce qui n’est pas un luxe lorsque le cours de Yoga est plein (je m’adresse là aux professeurs de Yoga !).

Lorsque nous pratiquons le Yoga, nous sommes le plus souvent dans une salle de Yoga située en zone urbaine ou chez nous. Même aéré régulièrement, un espace confiné ne peut pas offrir une qualité d’air dont nous pouvons bénéficier lorsque nous respirons les embruns au bord de la mer en Bretagne ou le parfum des pins maritimes au cœur d’une forêt du sud-ouest. Certaines huiles essentielles peuvent toutefois améliorer la qualité de l’air que nous respirons notamment grâce à leur propriété ionisante ou négativante.
CitronsHE de citron (Cirtus limonum). En plus d’être un très bon antiseptique atmosphérique (comme le pin sylvestre), le citron, en diffusion, produit des ions négatifs. Ces fines particules chargées négativement sont extrêmement importantes pour notre équilibre (tonus cérébral, sérénité, bien-être physique général…) mais sont malheureusement envahis par les ions positifs émis par la pollution, les ondes électro-magnétiques, les appareils électro-ménagers… Utilisez l’huile essentielle de citron avec un diffuseur pendant 15 à 20 minutes pendant le cours.

Pour limiter la transpirationSauge sclarée
La peau est l’un des émonctoires utilisés par la corps pour se libérer de ses toxines. Il est donc bon et naturel de transpirer et notamment lors de son cours de Yoga ! Toutefois, si vous souhaitez la limiter si elle est excessive et combattre les odeurs, une huile essentielle existe.
HE de sauge sclarée (Salvea sclarea). Pour l’utiliser, mélanger à une crème de jour neutre, une goutte d’HE et appliquer la composition sur les zones à traiter.

Quelle huile végétale utiliser ?
Vous pouvez utiliser une huile neutre de type amande douce (la moins chère), noisette, sésame, jojoba, tournesol, colza, avocat, macadamia et même olive !
Il est impératif de choisir une huile garantie 1re pression à froid et biologique.

Quel dosage ?
Il faut utiliser les huiles essentielles avec réflexion et quelques connaissances de base. Si leurs propriétés sont le plus souvent thérapeutiques, un trop fort dosage peut les rendre dermo-caustiques, hépato-toxiques, neuro-toxiques, stupéfiantes voire abortives. Les femmes enceintes ne doivent pas les utiliser. Souvenez-vous de ce que disait Paracelse « Rien n’est poison, tout est poison: seule la dose fait le poison ».
Le dosage classique à suivre pour un usage externe est une dilution de 30 gouttes d’huile essentielle (1 ml) pour 10 ml d’huile végétale.
Pour un usage interne : une goutte dans 30 mgr de miel (type acacia).

Quel diffuseur d’huile essentielle choisir ?Diffuseur
Tous les diffuseurs d’huiles essentielles ne se valent pas. On a, de plus, tendance à privilégier leur aspect esthétique au détriment de leur efficacité. Un diffuseur ne doit pas créer de vapeur d’eau car cette dernière amoindrit les effets thérapeutiques de l’huile. Il ne doit pas non plus la chauffer pour les mêmes raisons. Il faut privilégier un système par micro-diffusion qui projette et disperse les gouttelettes dans l’atmosphère.
Je vous conseille vivement le diffuseur par micro-diffusion de Terre essentielle, au prix de 92 euros.
www.terre-essentielle.com

Quelles marques d’huiles essentielles choisir ?
L’offre sur le marché est importante, notamment dans les pharmacies et les magasins bio. Je vous conseillerais de les choisir issues de l’agriculture biologique. Voici mes marques préférées :
Oshadhi en vente sur Myrtéa : www.myrtea.com
Herbes et traditions : www.herbes-et-traditions.fr

Laure Terrier de la Chaise 

Vous avez ♥ l’article ? Dites-le avec un like et partagez-le !

Share This:

Catégories

Blog