7 rue Gambey - 75011 Paris // Nous localiser

Sommaire du blog

Full of life

Full of life

Full of life

Tête oiseauSerions-nous comme des passoires qui se vident aussitôt qu’elles se remplissent ? Ou comme ce tonneau que les Danaïdes sont condamnées éternellement à remplir en vain ?
Chaque matin, c’est la même histoire. On bataille avec le sommeil pour glisser doucement vers le jour, on se sent scotché à nos oreillers et englué dans notre couette. Pourquoi nous sentons-nous si fatigués, même après une nuit de huit heures ? Pourquoi le moment de retrouver notre lit occupe notre esprit tout le jour ? Cette absence d’énergie est-elle inévitable au vu de nos rythmes de vie ? Vous vous doutez de ma réponse ! Il n’y a aucune fatalité devant ces asthénies chroniques ou passagères. Nous sommes faits d’énergie ! Il nous manque uniquement de se connecter aux bonnes sources et d’apprendre à la garder.

Pendant mon sommeil, est-ce que je dors vraiment ?
Je ne parlerai pas ici des insomnies et autres problèmes de sommeil (pour plus d’informations à ce sujet, je vous invite à relire mon article “Sweet night“) mais d’un tout autre phénomène qui empêche notre organisme de vivre de profondes phases de réparation et de récupération.

Mouton nuageOn fait mille et une choses durant la nuit. Notre corps mais aussi notre esprit (et notre âme?!) sont en pleine effervescence alors que, paradoxalement, notre consommation d’énergie est au plus bas (la tension artérielle et la fréquence cardiaque baissent tout comme notre température corporelle, de 1°c). Nous sécrétons davantage de globules blancs et d’anti-corps ainsi que certaines hormones (notamment l’hormone de croissance) ; nos cellules se renouvellent activement et éliminent donc davantage d’acide lactique ; nous régulons notre appétit (cf. la leptine/ghréline) ; notre système nerveux passe en mode parasympathique ; nos rythmes biologiques sont re-synchronisés ; nous trions nos idées et souvenirs… Bref, on ne chôme pas et il est ainsi plus facile de comprendre pourquoi nous payons cher une seule nuit écourtée. Les personnes qui se couchent tard, et cela, plusieurs fois par semaine (j’ai envie de dire même une fois par semaine), au-delà de minuit, auto-intoxiquent littéralement leur organisme. Petit exemple parlant. Les 2/3 de la bile étant sécrétée la nuit, un noctambule bloque cette fonction qui assure pourtant un bon transit et donc une élimination optimale.

Un organisme encrassé consacre ainsi son énergie à l’évacuation des déchets accumulés et non à sa mise en route et au passage à l’action.

Peter panLa vie est parfois injuste également. Certaines personnes, alors qu’elles dorment huit heures chaque nuit en moyenne, se sentent tout autant privées de force vitale. Il faut savoir que d’un point de vue énergétique, nous “regonflons” d’énergie nos différents corps subtils durant cette grande pause nocturne. Il est dit que nos corps (éthérique, émotionnel, mentalspirituel…) se décollent les uns des autres, tout en restant liés par une corde d’argent, afin d’emmagasiner l’énergie cosmique et la réintégrer dans le corps physique. Seul un sommeil profond permet cette dissociation. Dès lors, il est important de s’interroger sur la qualité du sommeil vécu. Trop léger, souvent interrompu, marqué par des apnées du sommeil, des ronflements… un sommeil perturbé nous empêche de nous connecter à plus haut et donc de nous ressourcer.

Replanter vos racines !
Dans la terre bien sûr, et au sens propre du terme naturellement. Pour ceux et celles qui vivent en ville, vous êtes-vous déjà demandés depuis combien de jours, de semaines, voire de mois (!), vos pieds n’avaient pas touché la terre sans qu’une couche de béton ne s’interfère ? Nous l’appelons la terre nourricière non seulement parce que nous la cultivons mais également parce qu’à son contact nous y puisons une énergie dite tellurique qui nous nourrit tout comme le fait la pomme.

arbreS’échapper en forêt régulièrement est nécessaire, voire vital. Il faut respirer la nature et y planter ses pieds. Ouvrez-y tous vos sens, nourrissez-vous de la perfection du monde minéral, végétal et animal. L’un des gestes les plus vitalogènes qui soit est celui d’encercler de ses bras des arbres grands et puissants. Grâce à ce contact, vous entrez directement en communion avec son énergie. Je vous propose cet exercice simple mais très précieux. Choisissez un arbre qui vous attire et assurez-vous que vous ne serez pas dérangé (par des regards indiscrets et interloqués par exemple !). Enserrez le tronc de l’arbre et faites corps avec lui, tout en reposant votre front contre son écorce. Fermez les yeux. Inspirez profondément l’énergie qu’il vous offre et sentez-la traverser votre corps. A l’expiration, envoyez consciemment votre souffle jusque dans vos pieds, afin de rendre au sol toutes vos tensions, stress et pensées négatives. Continuez l’exercice une dizaine de minutes. Vous vous sentirez non seulement re-dynamisé mais également profondément purifié.

Mon médecin est énergéticien
Lorsqu’aucun problème physiologique n’est tenu responsable de cette fatigue ou de ce vide intérieur ressenti, la cause peut, et souvent doit, être recherchée du côté de l’énergétique. Une visite annuelle ou bi-annuelle chez un énergéticien ou magnétiseur fait partie intégrante d’une hygiène de vie optimale. S’occuper de son corps physique et de sa « tête » pour certains (thérapie, développement personnel) n’est pas suffisant car c’est faire abstraction de toutes ces forces invisibles qui nous meuvent et parfois nous mettent aussi des bâtons dans les roues afin d’attirer notre attention sur un problème avant qu’il ne se matérialise dans notre corps (sous forme de maladie, de tensions…).
AuraCertains énergéticiens sont capables de lire nos différents corps subtils, d’y détecter des anomalies, des couleurs particulières, des tâches, des vides qui sont révélateurs de ce que nous vivons au plus profond de nous. Parfois, l’anomalie présente dans l’un de nos corps subtils ne s’est pas encore manifestée dans notre corps physique ; il est alors encore plus intéressant d’intervenir à ce moment précis. Grâce à la canalisation qu’ils font de l’énergie qui nous entoure, du prâna omniprésent, ils nettoient et ré-harmonisent nos différents champs. Sans cela, la guérison n’est pas toujours possible. Une fatigue peut typiquement provenir d’une cicatrice qui crée une brèche par laquelle notre énergie fuite. Il ne faut donc pas hésiter à consulter ces praticiens. Pour ceux qui souhaiteraient explorer cette voie, il m’est possible de vous communiquer les coordonnées d’énergéticiens brillants et sérieux. Pour cela, envoyez-moi un mail à l’adresse contact@makemeyoga.com.

Coups de pouce naturo
Ginseng
Quoi de mieux pour se connecter à la terre et à ses forces que de recourir à l’une de ses plantes. Le ginseng (Panax ginseng), également nommé “herbe royale“, est une racine dont les propriétés sont dites adaptogènes, s’étendant sur un large spectre d’action. Dans la pharmacopée traditionnelle chinoise, le ginseng est considéré comme un élément Feu, étant donné sa capacité à activer notre Qi, c’est-à-dire notre force vitale. Il est un puissant stimulant des glande surrénales (coiffant chacun de nos reins), des glandes endocrines, dope le système immunitaire et les fonctions neuro-psychiques (concentration, mémoire, fonctions exécutives)… Il peut être utilisé comme un efficace revitalisant physique, possédant de surcroit une action sur le plan énergétique. Essayez de le choisir d’importation chinoise, sous forme de gélules, d’ampoules ou d’extrait mou. Je vous conseille une ampoule tous les matins de Panax Ginseng Extractum.

Coup de pouce Yogi

KapalabhatiSe reconnecter à son souffle et s’emplir de prâna sont de merveilleux outils (et peu onéreux !) pour lutter contre ce vide intérieur qui est associé à toutes fatigues. Kapalabhati, appelé respiration du feu, est particulièrement conseillé pendant les périodes d’asthénie. Cette respiration active l’énergie vitale que nous avons en chacun de nous mais qui parfois peut être bloquée ou endormie et capte, avec force, celle qui nous entoure. De prime abord, elle peut paraître difficile à maîtriser, mais ne vous découragez pas tant ses vertus sont importantes. Il est préférable de la pratiquer le matin car en soirée, elle pourrait perturber votre endormissement.
PranaAsseyez-vous confortablement dans la posture du lotus, le dos bien droit. Pour commencer, placez votre main droite sur votre abdomen et la main gauche naturellement posée sur votre genou gauche. Inspirez profondément dans la cage thoracique (celle-ci restera immobile durant tout l’exercice) et expirez dans le ventre, puis sur sa fin, contractez vos muscles abdominaux afin d’expulser tout l’air résiduel ; en retour, l’inspiration se fait passivement et rapidement dans le ventre et expirez à nouveau vigoureusement en contractant votre sangle abdominale. Réalisez cette respiration en dynamique (voire comme une rafale), sur trois séries de 50 inspires/expires. Entre chaque série, pour les plus avancés, restez en rétention poumons pleins, contractez mula bandha (contraction de la sangle pélvienne), puis uddyana bandha (contraction de la sangle abdominale en la tirant vers le diaphragme) et enfin jalandhara bandha (fermeture de la gorge). A la fin de l’exercice, ressentez la chaleur créée dans le corps et l’énergie qui y circule à nouveau.

Notre force dépend ainsi de notre verticalité, c’est-à-dire de notre capacité à puiser les énergies de la terre et du cosmos. Nous sommes véritablement traversés par ces différents courants à condition de s’y connecter et de pouvoir en être traversés.

☆ Laure Terrier de la Chaise ☆

A lire !
Le Parfum du Yoga
D’amour et d’eau fraiche, oui mais laquelle !
Inspire le printemps, expire l’hiver, comment se détoxiner ?
Mes chakras grands ouverts
Stress, mon amour
Jolies nourritures terrestres
Sweet night
Je vis comme je respire
Dans mon frigo naturo

Vous avez ♥ l’article ? Dites-le avec un like et partagez-le !

Share This:

Mes chakras grands ouverts

Mes chakras grands ouverts

Mes chakras grands ouverts

«Ouvrez vos chakras !», «C’est mauvais pour les chakras.», «Portez votre attention dans le 3e œil.», «Contractez Mulhadara !» ; autant de petites phrases qui vous font sourire ou au pire qui ne vous évoquent rien, même lorsqu’elles sont entendues lors de vos cours de Yoga. Il est vrai que le terme «chakra» est aujourd’hui galvaudé et employé à tort et à travers. Pourtant, il reflète une véritable réalité qu’elle soit physiologique, émotionnelle ou spirituelle.

Le système des chakras est intrinsèque au fonctionnement du corps humain, au ressenti des émotions ainsi qu’à notre volonté d’établir des connexions spirituelles. Plus nous comprenons comment il fonctionne, plus nous nous approchons de la connaissance de soi et de la marche plus globale du monde.

Pour commencer
Système des ChakrasLes chakras représentent les points de jonction de nos nadis, véritables canaux d’énergie traversant notre corps physique et plus encore ! On en dénombre des milliers. Dans cet article, je vous propose (pour ne pas vous effrayer !) de découvrir les 7 chakras majeurs, leur fonctionnement, leur blocage et comment les ouvrir bien sûr. Commençons par une présentation en bonne et due forme.

  1. Muladhara, chakra racine : il est situé au niveau de la région pelvienne. Sa représentation est un lotus à 4 pétales. Son élément, la Terre ; sa couleur, le rouge.
  2. Svadhisthana, chakra de l’identité : il est situé entre les ovaires chez la femme et au niveau du périnée chez l’homme. Sa représentation est un lotus de 6 pétales ainsi qu’un croissant de lune en son centre. Son élément, l’eau ; sa couleur, l’orange.
  3. Manipura, centre solaire : il est situé à hauteur du nombril. Sa représentation est un lotus à 6 pétales. Son élément, le feu ; sa couleur, le jaune.
  4. Anahata, chakra du cœur : au niveau du cœur, entre les 2 poumons. Sa représentation est un lotus à 12 pétales. Son élément, l’air ; sa couleur, le vert.
  5. Vishuddhi, chakra de la gorge : au niveau de la gorge. Sa représentation est un lotus à 16 pétales. Son élément, l’éther ; sa couleur, le bleu ciel.
  6. Ajna, le 3e œil : entre les sourcils, au niveau de la glande pinéale. Sa représentation est un lotus à 2 pétales, représentant le masculin et le féminin, qui forment un cercle noir. Sa couleur est le bleu.
  7. Sahasrara, chakra de la couronne : au sommet du crâne. Sa représentation est un lotus aux milles pétales multicolores.

 

Schéma ChakrasLe système des chakras, une réalité physiologique
Les principaux chakras correspondent dans le corps à des carrefours de terminaisons nerveuses ou à des zones d’activité métabolique intense. Anahata est situé au niveau du plexus cœliaque dit aussi solaire. Ce réseau de fibres nerveuses, regroupé sous forme de ganglions, innerve l’estomac, le foie, le pancréas, les intestins, les reins et la rate. Autre exemple, Svadhishtana est en superposition avec les plexus lombal et sacral, réunissant la racine des nerfs des vertèbres lombaires et sacrées. Pour finir, Muladhara, le chakra racine, est en relation avec le plexus coccygien et Vishuddhi, le chakra de la gorge, avec le plexus brachial et cervical. Tous ces plexus sont soumis à la commande du système neuro-végétatif, celui même qui est en charge du fonctionnement des organes, contrairement au système central, responsable des mouvements et de la transmission des informations captées par les 5 sens. Quant à Ajna, le 3e œil et Sahasrara, le chakra de la couronne, ils sont en relation avec la glande pinéale.

Comment travailler sur les 7 chakras majeurs ?
Ici et maintenant
Muladhara
 : il est le centre de la discipline, de la responsabilité, de l’ordre et de notre bien-être physique. Il constitue notre base, nous enracine et nous place dans l’«ici et maintenant». Son ouverture dépend de notre hygiène de vie (alimentation, activité physique, qualité de l’air respirée…) mais aussi de notre capacité à être dans l’action. Se concentrer sur les détails, aussi bien ceux que l’on apporte à notre alimentation, à notre tenue vestimentaire, à la décoration de nos lieux de vie, à la gestion de nos papiers administratifs…, renforce notre chakra. L’organisation et l’action, dont l’absence provoque des stress, créent l’harmonie autour de nous.

Svadhisthana : il est le centre de la sexualité, de la créativité, des relations avec le monde. Il condense en quelque sorte notre personnalité. Fermé, ce chakra ne laisse transparaître de votre personne que ses aspects superficiels ; ouvert, elle vous place dans l’authenticité. Un manque de confiance en soi peut fortement lui nuire ; si vous êtes également plus dans le don que la réception et inversement, vous pouvez le dérégler. Pour le renforcer, il est conseillé de s’affranchir des images véhiculées par notre environnement social, qui conditionne l’image que l’on doit renvoyer de soi. Pour cela, notre attention doit se reporter sur notre 3e œil qui nous inspirera des solutions créatives à tous problèmes.

EnergieManipura : il est le centre des sentiments, des émotions et de l’intuition. Ce chakra peut être considéré, en quelque sorte, comme un puissant dictateur, nous faisant souvent perdre la tête et la sagesse dont nous pouvons faire preuve. Il faut dire qu’il est surexploité et survalorisé dans nos sociétés. Non seulement les émotions sont partout mais il faut en plus qu’elles soient fortes. La raison à cela? Que le sentiment d’être en vie se fasse ressentir. Combien de personnes pensent que le véritable amour ne peut être que passionnel au risque d’être ennuyeux, qu’il faut en permanence s’affirmer contre les autres, que les relations humaines sont une véritable jungle… Pourtant, ce chakra équilibré et en résonance avec les autres, ces tsunamis d’émotions se calment et notre relation au monde et à soi se pacifie. Lorsque vous vous sentez submergé par vos sentiments, essayez de reporter immédiatement votre attention dans le 3e œil. Vous serez étonné de réaliser comme l’apaisement est immédiat et les solutions à vos problèmes à portée de main.

You are lovedAnahata : il est le centre de la joie, de la générosité, du courage, du pardon et de l’amour. C’est celui qu’on sent frémir lorsqu’on est amoureux, ou en présence d’êtres qui nous sont chers. Lorsque ce chakra est ouvert, il nous offre le sentiment d’être heureux simplement parce nous sommes en vie. Ceux qui le bloquent ont souvent peur de souffrir en se laissant porter par l’existence et les autres. La violence le referme également comme une huître ; une raison de plus de boycotter les jeux vidéos et les films ultra-violents (et parfois le journal télévisé…). Et sans vouloir paraître fleur bleue, c’est également le pardon qui guérit ce chakra. Plus on se place avec courage dans des relations apaisées, sages et donc pleines d’amour, plus l’harmonie s’opère dans la chakra du cœur.

VishuddhiVishuddhi : il est le centre du pouvoir, de la confiance, de l’expression et de la vérité. Les personnes aimant s’exprimer par la parole ont souvent un chakra de la gorge très ouvert. Pourtant, il est l’un des chakras les plus dures à ouvrir car il est directement relié à l’estime que nous nous portons. Toutes les pensées négatives, des paroles agressives prononcées, les insultes, la critique… le referment également illico. Pour l’ouvrir, choisissez-vous un Sankalpa, une phrase courte et positiveJe suis heureuse !») que vous pourrez vous adresser tout au long de la journée. Le chant, également, participe à son épanouissement, que vous chantiez dans une chorale ou sous votre douche.

AjnaAjna : il est le centre de la concentration, de la clarté, du discernement et de la sagesse. Il devrait être sollicité à chaque prise de décision car il active la clairvoyance dont nous jouissons tous, sans le savoir (oui, oui !). Pourtant, dans nos sociétés, il est pratiquement systématiquement concurrencé par le chakra des émotions qui nous mène en quelque sorte par le bout du nez ! Pour vous exercer à vous placer dans Ajna, concentrez votre attention sur des petits détails matériels qui vous entourent. Une fissure dans un mur, le pétale d’une fleur, votre paquet de céréales posé sur la table du petit-déjeuner. Cet exercice simple vous amène naturellement à diriger votre regard entre vos sourcils !

Sahasrara : il est le centre de la confiance en la vie, de l’inspiration, de la spontanéité mais aussi de la dévotion et du bonheur. Ce chakra est la porte d’entrée du monde spirituel. Fermé, la personne se sent dépressive et seule. Souvent, l’anxiété, les suspicions et l’absence de confiance que l’on se porte verrouille peu à peu ce chakra. Pour l’ouvrir, il est primordial de se tourner vers des activités qui vous enrichissent intérieurement, qui laissent parler votre inspiration, telles que la musique, la peinture, l’écriture… En vous concentrant également sur des personnes qui vous inspirent, des mélodies qui vous déconnectent de la réalité, ce chakra s’ouvre peu à peu. Plus l’âme est nourrie, plus son ouverture se fait et perdure.

Le Yoga et les chakras
Be filled with joy
Le Yoga est une voie merveilleuse qui vous permettra d’accéder à la connaissance expérimentale des chakras.
Les postures, en contrariant votre anatomie, attirent votre attention sur des points de contact, d’étirement, de compression, de torsion, parfois plus ou moins douloureux, qui sont en parfaite reliance avec votre corps, ceux plus subtils et donc vos chakras. Il est également important de maintenir pendant tout le long de la pratique son attention sur Ajna chakra, le 3e œil. Cette orientation du regard, appelée Drishti, peut être réalisée les yeux ouverts ou fermés. Dans les deux cas, on éprouve, alors, la sensation de porter son regard à l’intérieur de soi.

BhandasLes bandhas, littéralement verrous, sont au nombre de trois : Jalandhara Bhanda (compression de la gorge), Uddiyana Bandha (contraction du haut du ventre et expansion de la cage thoracique), Mula Bandha (contraction du périnée). Ils sont activés dans le cadre d’une pratique avancée, mais il est toutefois possible de les utiliser au fur et à mesure de l’avancement de votre découverte du yoga. Ces contractions réalisées après une profonde inspire permettent de bloquer l’énergie dans le corps et de la rediffuser lors de leur relâchement. Les chakras ainsi nettoyés permettent au Prana (énergie vitale) de circuler librement.

Les mantras chantés pendant le cours et surtout le chant du Om d’ouverture et de clôture, harmonise les énergies circulant dans le corps et favorise l’ouverture de leur porte d’entrée. Les sons rentrent en résonance avec nos rythmes internes et créent instantanément une détente.

Breathe your aliveLe Pranayama (exercices de respiration) est un excellent outil d’ouverture et de purification de ses chakras. Je vais vous proposer un petit exercice. Assis en lotus, le dos droit et le menton légèrement rentré contre la poitrine, inspirez profondément depuis votre base, votre sacrum jusqu’au niveau de Svadhisthana et expirez en empruntant le même chemin ; inspirez depuis votre base jusqu’au niveau de Manipura en passant par Svadhisthana et expirez en redescendant ce canal ; inspirez depuis votre base jusqu’à Anahata en passant par les deux précédents et expirez ; continuez cet exercice en passant de la même façon par les 3 derniers chakras (Vishudhi, Ajna et Sahasrara). Lorsque la respiration passe les 7 chakras, visualisez une lumière dorée qui vous traverse de part en part. Répétez le cycle trois fois.

Une méditation profonde permet une expansion de conscience qui se réalise notamment par le canal du chakra de la couronne (Sahasrara). Plus celui-ci est ouvert, plus le mental se tait. Vous pouvez ainsi visualiser une ouverture lumineuse au sommet de votre tête par lequel vous inspirez et expirez. Le contact avec différents niveaux de conscience s’établit ainsi plus aisément.

La montée de Kundalini est prête !

Laure Terrier de la Chaise

Coin lecture
La Sagesse des chakras, Ellen Tadd, éd. Trédaniel

A lire !
Le Parfum du Yoga
D’amour et d’eau fraiche, oui mais laquelle !
Cure détox, comment se détoxiner ?

Vous avez ♥ l’article ? Dites-le avec un like et partagez-le !

Share This:

Catégories

Blog