7 rue Gambey - 75011 Paris // Nous localiser

Sommaire du blog

Stress, mon amour

Stress, mon amour

Stress, mon amour

Quel vaste sujet… et pour cause, on le cuisine à toutes les sauces. Les factures nous stressent, les enfants de notre voisine nous stressent, les examens nous stressent, le dentiste nous stresse, notre boss nous donne des ulcères, notre famille n’en parlons pas et la société, c’est à peine si on peut encore la supporter. Et pourtant, malgré cette avalanche de soucis quotidiens, nous essayons d’avancer cahin-caha, écrasés de surcroit par ce gros sac-à-dos bourré à craquer de stress en tout genre.

Et si la vie, la vraie je veux dire, n’avait rien à voir avec tout ça ? Tout d’abord, parce que le stress ressenti peut être apaisé et les stresseurs évités et deuxièmement, parce que notre corps, lorsqu’il se met à parler, nous délivre de précieux messages sur le chemin que nous devons suivre, quitte à devoir entièrement le rebrousser.

StressOui d’accord, notre environnement est anxiogène
Lorsque chaque matin nous ouvrons nos volets, nous avons rarement la chance d’entendre le chant des oiseaux, humer l’air frais de la forêt et d’admirer la nature qui s’éveille elle aussi.
Notre radio-réveil se met à hurler, nous coupant le plus souvent en pleine phase de sommeil profond ; nous sautons du lit ahuri ; filons sous la douche et y restons une minute chrono ; avalons parfois un petit-déjeuner déséquilibré si notre estomac n’est pas trop noué (pain blanc, margarine et confiture, accompagné d’un café) et filons nous engouffrer dans la première bouche de métro (habillé évidemment !).
Le rythme restant de la journée est souvent tout aussi intense et ne laisse aucune place aux moments de détente, pourtant si vitalogènes ! Je passerai, ici, sur les déjeuners pris sur le pouce en compagnie de collègues mal lunés et les dîners zappés pour incompatibilité d’emploi du temps.
Les personnes que nous croisons quotidiennement dans la rue, le métro ou en voiture, nourrissent également nos tensions. Vous êtes d’ailleurs persuadés de ne croiser que des personnes impolies, qui ont oublié le saut de puce sous la douche, agressives, pressées, moroses… bref, qui bizarrement vous ressemblent (sauf pour la douche, hein !).
Et pour couronner le tout, si en plus vous ne supportez pas votre travail (et ça fait 10 ans que ça dure), vous gagnez sur tous les fronts des stresseurs.

Nous sommes nos propres pollueurs

Se stresserOui, la vie n’est pas facile ; oui, le temps nous file entre les doigts ; oui, on ne peut pas toujours faire comme on veut, surtout quand les factures tombent inéluctablement chaque mois… Toutefois, tous les aspects de nos existences possèdent une marge non négligeable d’amélioration. Si votre activité professionnelle et votre lieu de vie vous semblent difficilement changeables, en revanche, l’interaction que vous entretenez avec tous ces stresseurs l’est. Lorsque l’on ressent un stress, notre corps nous envoie un ensemble de signaux physiques (se manifestant différemment chez chacun) sensés nous préparer à la fuite ou au combat. Notre instinct de survie se met littéralement en branle. Malheureusement, notre système nerveux, en permanence sollicité et agressé, nous plonge dans un état de stress maximum, devenant peu à peu chronique. Nos réactions deviennent disproportionnées, nos émotions nous mènent à la baguette, nous devenons peu à peu à fleur de peau.

Partant du principe que nous n’arrêterons pas les chauffards de klaxonner, les fainéants de s’asseoir sur les strapontins du métro aux heures de pointe, notre collègue de louvoyer pour une augmentation… il est temps de se tourner vers son intériorité et de vivre ces événements avec détachement. Plus votre richesse intérieure est cultivée, plus ce qui vous entoure vous parait étranger.

Prendre son temps

Stress tempsEn manquer génère automatiquement son lot de stress, et nous fait basculer automatiquement en système orthosympathique, que nous pourrions comparer à notre guerrier intérieur. Toutes nos fonctions vitales sont mobilisées, tout comme lorsque nous étions vêtus de peaux de bêtes, vivions dans des cavernes et partions à la chasse aux mammouths pour se nourrir. Notre respiration est l’une de nos premières fonctions à pâtir de ce rythme que nous nous imposons. La plupart des personnes respire de façon saccadée et uniquement dans la poitrine, prête à bondir en quelque sorte.

Keep calmIl faut impérativement s’enlever cette croyance que nous manquons de temps. Les journées ont toujours fait 24 heures et, entre 6 et 10 d’entre elles, doivent être consacrées au sommeil. Les 14 heures restantes doivent être équitablement occupées par des phases d’activités physiques ou intellectuelles et de détente. Il est triste de constater que beaucoup culpabilisent de ne rien faire, parce que nos sociétés sont entièrement tournées vers la productivité, l’hyper-activité, le verbiage incessant (la télé-réalité en est un bon exemple)… Or, ces moments de calme que l’on s’accorde sont de merveilleuses occasions de se tourner vers soi, de reposer son corps, de nourrir son âme… Prenons l’exemple de la douche. Cette activité devrait toujours être accomplie en conscience ; celle de nettoyer son corps mais également son esprit. L’eau nous purifie au sens propre comme figuré. Il ne s’agit pas d’y passer des heures, mais de vivre cet instant dans l’ici et maintenant. Autre exemple, les déjeuners que nous prenons, même sur nos lieux de travail, doivent être pris dans le calme avec des gens que l’on apprécie. Octroyez-vous le droit de déjeuner seul plutôt que mal accompagné. Avec un peu de recul, vous noterez que vous seul faites votre emploi du temps.

Pour se reprogrammer :
L’idée n’est pas de faire taire les symptômes du stress, mais d’adopter une hygiène de vie qui réponde à nos besoins fondamentaux. Petit tour d’horizon de ce que vous pouvez mettre en place (chacun de ces sujets fera l’objet d’un article plus détaillé) :

SommeilLe sommeil : notre corps se régénère littéralement pendant le sommeil. Que vous soyez un petit ou un gros dormeur, quelques règles sont à respecter. Éviter dans votre chambre à coucher les appareils électriques branchés (auto-réveil, chaine hi-fi, télévision, ordinateurs…) et le wifi. C’est le moment de ressortir votre vieux réveil à pile ! Une chambre saturée d’ondes électro-magnétiques ne sera pas propice à un sommeil de qualité. Éviter également de regarder ou de lire des choses violentes qui ne vous permettront pas d’activer votre système parasympathique (votre médecin intérieur). Avant de vous endormir, vous posez des intentions ! Demandez simplement de jouir d’un sommeil réparateur ou formulez des souhaits plus spirituels. Ces petits rituels créent une énergie propice à la détente et au voyage intérieur !

L’alimentation : les personnes anxieuses ou nerveuses ont très souvent un terrain que l’on qualifie en naturopathie d’« acidifié » (fluctuation et acidification du pH du plasma veineux sanguin). On conseille alors d’éviter les aliments acides tels que les tomates, agrumes, épinards cuits, fruits rouges, rhubarbe, oseille, le thé, le café, l’alcool, les produits laitiers… pour privilégier les aliments alcalins : banane, pomme douce, pommes de terre, carottes, laitue, oléagineux…

BananeUne alimentation riche en magnésium est aussi à favoriser car il participe à la transmission de l’influx nerveux et à la décontraction musculaire. Les oléagineux, légumes verts, céréales complètes, légumineuses et le chocolat présentent un apport intéressant. Pour un coup de pouce, vous pouvez prendre en cure d’un mois, à raison de 3 à 6 gélules par jour, de la poudre d’huîtres portugaises sauvages (POP). http://www.mon-herboristerie.com/tonus-immunité

La méditation : c’est une voie magnifique pour tous ceux qui sont sur un chemin introspectif, un très bon outil pour apaiser le mental et libérer son corps des tensions du stress. Pour ceux qui ne se sentent pas de rester immobiles en posture du lotus dans le silence, je leur conseille de commencer par des méditations guidées à écouter le soir allongés dans leur lit. Toutefois, attention de ne pas s’endormir ! Voici mes préférées :
Méditer jour après jour, de Christophe André
Méditer, 108 leçons de pleine conscience, de Jon Kabat-Zinn

TratakaPour les autres, je vous propose la merveilleuse méditation sur la flamme d’une bougie (trataka). Elle est particulièrement conseillée pour purifier le corps physique et tous les corps subtils. Elle aide à réguler le rythme cardiaque et réduit la fréquence des ondes cérébrales. Assis dans la posture du lotus, placez à un mètre environ une bougie, et fixez la flamme sans cligner (on y arrive !). Vous pouvez rester ainsi le temps souhaité. Puis, fermez les yeux et visualisez la flamme au niveau de votre 3e œil (Ajna chakra), toujours en maintenant une respiration profonde et calme. Cette technique permet de travailler à la fois la concentration (dharana) et la méditation (dhyana).

Follow your heartMais au final, si le stress nous guidait ?
Lorsque notre corps parle, c’est que nous n’avons pas su ou voulu saisir en notre for intérieur les messages que notre conscience nous délivre. Laisser perdurer les symptômes du stress (céphalées, troubles digestifs, cardio-vasculaires, du sommeil, eczéma, anxiété…) c’est ignorer une situation qui ne nous convient pas et permettre à toutes sortes de pathologie de s’installer alors que nous en recevons l’alerte ! Lorsque votre corps s’apaise tout comme  votre mental, vous pouvez être sûrs que vous êtes là où vous deviez être !

Laure Terrier de la Chaise

A lire !
Le Parfum du Yoga
D’amour et d’eau fraiche, oui mais laquelle !
Inspire le printemps, expire l’hiver, comment se détoxiner ?
Mes chakras grands ouverts

Vous avez ♥ l’article ? Dites-le avec un like et partagez-le !

Share This:

Dimanche 04/12/16 – Atelier Mindfulness/Pleine conscience “On ne nait pas serein, on le devient”

Dimanche 04/12/16 – Atelier Mindfulness/Pleine conscience “On ne nait pas serein, on le devient”

ATELIER PROPOSÉ PAR DAMIEN BERTRAND

ATELIER MINDFULNESS / PLEINE CONSCIENCE “ON NE NAIT PAS SEREIN, ON LE DEVIENT !”
DIMANCHE 04 DÉCEMBRE 2016
DE 14H30 A 16H30

“La sérénité, ça s’apprend !” – Christophe André

En savoir plus

Share This:

Dimanche 06/11/16 – Atelier Mindfulness/Pleine conscience “Musclez votre sérénité !”

Dimanche 06/11/16 – Atelier Mindfulness/Pleine conscience “Musclez votre sérénité !”

ATELIER PROPOSÉ PAR DAMIEN BERTRAND

ATELIER MINDFULNESS / PLEINE CONSCIENCE “MUSCLEZ VOTRE SÉRÉNITÉ !”
DIMANCHE 06 NOVEMBRE 2016
DE 14H A 16H

Le cerveau est un muscle comme les autres : entrainez-le !

En savoir plus

Share This:

Dimanche 25/09/16 – Atelier sous hypnose “Apprivoiser ses émotions” avec Céline Nickel

Dimanche 25/09/16 – Atelier sous hypnose “Apprivoiser ses émotions” avec Céline Nickel

ATELIER PROPOSÉ PAR CÉLINE NICKEL

ATELIER SOUS HYPNOSE “APPRIVOISER SES ÉMOTIONS”
DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2016
DE 14H30 A 16H30

En savoir plus

Share This:

Mes chakras grands ouverts

Mes chakras grands ouverts

Mes chakras grands ouverts

«Ouvrez vos chakras !», «C’est mauvais pour les chakras.», «Portez votre attention dans le 3e œil.», «Contractez Mulhadara !» ; autant de petites phrases qui vous font sourire ou au pire qui ne vous évoquent rien, même lorsqu’elles sont entendues lors de vos cours de Yoga. Il est vrai que le terme «chakra» est aujourd’hui galvaudé et employé à tort et à travers. Pourtant, il reflète une véritable réalité qu’elle soit physiologique, émotionnelle ou spirituelle.

Le système des chakras est intrinsèque au fonctionnement du corps humain, au ressenti des émotions ainsi qu’à notre volonté d’établir des connexions spirituelles. Plus nous comprenons comment il fonctionne, plus nous nous approchons de la connaissance de soi et de la marche plus globale du monde.

Pour commencer
Système des ChakrasLes chakras représentent les points de jonction de nos nadis, véritables canaux d’énergie traversant notre corps physique et plus encore ! On en dénombre des milliers. Dans cet article, je vous propose (pour ne pas vous effrayer !) de découvrir les 7 chakras majeurs, leur fonctionnement, leur blocage et comment les ouvrir bien sûr. Commençons par une présentation en bonne et due forme.

  1. Muladhara, chakra racine : il est situé au niveau de la région pelvienne. Sa représentation est un lotus à 4 pétales. Son élément, la Terre ; sa couleur, le rouge.
  2. Svadhisthana, chakra de l’identité : il est situé entre les ovaires chez la femme et au niveau du périnée chez l’homme. Sa représentation est un lotus de 6 pétales ainsi qu’un croissant de lune en son centre. Son élément, l’eau ; sa couleur, l’orange.
  3. Manipura, centre solaire : il est situé à hauteur du nombril. Sa représentation est un lotus à 6 pétales. Son élément, le feu ; sa couleur, le jaune.
  4. Anahata, chakra du cœur : au niveau du cœur, entre les 2 poumons. Sa représentation est un lotus à 12 pétales. Son élément, l’air ; sa couleur, le vert.
  5. Vishuddhi, chakra de la gorge : au niveau de la gorge. Sa représentation est un lotus à 16 pétales. Son élément, l’éther ; sa couleur, le bleu ciel.
  6. Ajna, le 3e œil : entre les sourcils, au niveau de la glande pinéale. Sa représentation est un lotus à 2 pétales, représentant le masculin et le féminin, qui forment un cercle noir. Sa couleur est le bleu.
  7. Sahasrara, chakra de la couronne : au sommet du crâne. Sa représentation est un lotus aux milles pétales multicolores.

 

Schéma ChakrasLe système des chakras, une réalité physiologique
Les principaux chakras correspondent dans le corps à des carrefours de terminaisons nerveuses ou à des zones d’activité métabolique intense. Anahata est situé au niveau du plexus cœliaque dit aussi solaire. Ce réseau de fibres nerveuses, regroupé sous forme de ganglions, innerve l’estomac, le foie, le pancréas, les intestins, les reins et la rate. Autre exemple, Svadhishtana est en superposition avec les plexus lombal et sacral, réunissant la racine des nerfs des vertèbres lombaires et sacrées. Pour finir, Muladhara, le chakra racine, est en relation avec le plexus coccygien et Vishuddhi, le chakra de la gorge, avec le plexus brachial et cervical. Tous ces plexus sont soumis à la commande du système neuro-végétatif, celui même qui est en charge du fonctionnement des organes, contrairement au système central, responsable des mouvements et de la transmission des informations captées par les 5 sens. Quant à Ajna, le 3e œil et Sahasrara, le chakra de la couronne, ils sont en relation avec la glande pinéale.

Comment travailler sur les 7 chakras majeurs ?
Ici et maintenant
Muladhara
 : il est le centre de la discipline, de la responsabilité, de l’ordre et de notre bien-être physique. Il constitue notre base, nous enracine et nous place dans l’«ici et maintenant». Son ouverture dépend de notre hygiène de vie (alimentation, activité physique, qualité de l’air respirée…) mais aussi de notre capacité à être dans l’action. Se concentrer sur les détails, aussi bien ceux que l’on apporte à notre alimentation, à notre tenue vestimentaire, à la décoration de nos lieux de vie, à la gestion de nos papiers administratifs…, renforce notre chakra. L’organisation et l’action, dont l’absence provoque des stress, créent l’harmonie autour de nous.

Svadhisthana : il est le centre de la sexualité, de la créativité, des relations avec le monde. Il condense en quelque sorte notre personnalité. Fermé, ce chakra ne laisse transparaître de votre personne que ses aspects superficiels ; ouvert, elle vous place dans l’authenticité. Un manque de confiance en soi peut fortement lui nuire ; si vous êtes également plus dans le don que la réception et inversement, vous pouvez le dérégler. Pour le renforcer, il est conseillé de s’affranchir des images véhiculées par notre environnement social, qui conditionne l’image que l’on doit renvoyer de soi. Pour cela, notre attention doit se reporter sur notre 3e œil qui nous inspirera des solutions créatives à tous problèmes.

EnergieManipura : il est le centre des sentiments, des émotions et de l’intuition. Ce chakra peut être considéré, en quelque sorte, comme un puissant dictateur, nous faisant souvent perdre la tête et la sagesse dont nous pouvons faire preuve. Il faut dire qu’il est surexploité et survalorisé dans nos sociétés. Non seulement les émotions sont partout mais il faut en plus qu’elles soient fortes. La raison à cela? Que le sentiment d’être en vie se fasse ressentir. Combien de personnes pensent que le véritable amour ne peut être que passionnel au risque d’être ennuyeux, qu’il faut en permanence s’affirmer contre les autres, que les relations humaines sont une véritable jungle… Pourtant, ce chakra équilibré et en résonance avec les autres, ces tsunamis d’émotions se calment et notre relation au monde et à soi se pacifie. Lorsque vous vous sentez submergé par vos sentiments, essayez de reporter immédiatement votre attention dans le 3e œil. Vous serez étonné de réaliser comme l’apaisement est immédiat et les solutions à vos problèmes à portée de main.

You are lovedAnahata : il est le centre de la joie, de la générosité, du courage, du pardon et de l’amour. C’est celui qu’on sent frémir lorsqu’on est amoureux, ou en présence d’êtres qui nous sont chers. Lorsque ce chakra est ouvert, il nous offre le sentiment d’être heureux simplement parce nous sommes en vie. Ceux qui le bloquent ont souvent peur de souffrir en se laissant porter par l’existence et les autres. La violence le referme également comme une huître ; une raison de plus de boycotter les jeux vidéos et les films ultra-violents (et parfois le journal télévisé…). Et sans vouloir paraître fleur bleue, c’est également le pardon qui guérit ce chakra. Plus on se place avec courage dans des relations apaisées, sages et donc pleines d’amour, plus l’harmonie s’opère dans la chakra du cœur.

VishuddhiVishuddhi : il est le centre du pouvoir, de la confiance, de l’expression et de la vérité. Les personnes aimant s’exprimer par la parole ont souvent un chakra de la gorge très ouvert. Pourtant, il est l’un des chakras les plus dures à ouvrir car il est directement relié à l’estime que nous nous portons. Toutes les pensées négatives, des paroles agressives prononcées, les insultes, la critique… le referment également illico. Pour l’ouvrir, choisissez-vous un Sankalpa, une phrase courte et positiveJe suis heureuse !») que vous pourrez vous adresser tout au long de la journée. Le chant, également, participe à son épanouissement, que vous chantiez dans une chorale ou sous votre douche.

AjnaAjna : il est le centre de la concentration, de la clarté, du discernement et de la sagesse. Il devrait être sollicité à chaque prise de décision car il active la clairvoyance dont nous jouissons tous, sans le savoir (oui, oui !). Pourtant, dans nos sociétés, il est pratiquement systématiquement concurrencé par le chakra des émotions qui nous mène en quelque sorte par le bout du nez ! Pour vous exercer à vous placer dans Ajna, concentrez votre attention sur des petits détails matériels qui vous entourent. Une fissure dans un mur, le pétale d’une fleur, votre paquet de céréales posé sur la table du petit-déjeuner. Cet exercice simple vous amène naturellement à diriger votre regard entre vos sourcils !

Sahasrara : il est le centre de la confiance en la vie, de l’inspiration, de la spontanéité mais aussi de la dévotion et du bonheur. Ce chakra est la porte d’entrée du monde spirituel. Fermé, la personne se sent dépressive et seule. Souvent, l’anxiété, les suspicions et l’absence de confiance que l’on se porte verrouille peu à peu ce chakra. Pour l’ouvrir, il est primordial de se tourner vers des activités qui vous enrichissent intérieurement, qui laissent parler votre inspiration, telles que la musique, la peinture, l’écriture… En vous concentrant également sur des personnes qui vous inspirent, des mélodies qui vous déconnectent de la réalité, ce chakra s’ouvre peu à peu. Plus l’âme est nourrie, plus son ouverture se fait et perdure.

Le Yoga et les chakras
Be filled with joy
Le Yoga est une voie merveilleuse qui vous permettra d’accéder à la connaissance expérimentale des chakras.
Les postures, en contrariant votre anatomie, attirent votre attention sur des points de contact, d’étirement, de compression, de torsion, parfois plus ou moins douloureux, qui sont en parfaite reliance avec votre corps, ceux plus subtils et donc vos chakras. Il est également important de maintenir pendant tout le long de la pratique son attention sur Ajna chakra, le 3e œil. Cette orientation du regard, appelée Drishti, peut être réalisée les yeux ouverts ou fermés. Dans les deux cas, on éprouve, alors, la sensation de porter son regard à l’intérieur de soi.

BhandasLes bandhas, littéralement verrous, sont au nombre de trois : Jalandhara Bhanda (compression de la gorge), Uddiyana Bandha (contraction du haut du ventre et expansion de la cage thoracique), Mula Bandha (contraction du périnée). Ils sont activés dans le cadre d’une pratique avancée, mais il est toutefois possible de les utiliser au fur et à mesure de l’avancement de votre découverte du yoga. Ces contractions réalisées après une profonde inspire permettent de bloquer l’énergie dans le corps et de la rediffuser lors de leur relâchement. Les chakras ainsi nettoyés permettent au Prana (énergie vitale) de circuler librement.

Les mantras chantés pendant le cours et surtout le chant du Om d’ouverture et de clôture, harmonise les énergies circulant dans le corps et favorise l’ouverture de leur porte d’entrée. Les sons rentrent en résonance avec nos rythmes internes et créent instantanément une détente.

Breathe your aliveLe Pranayama (exercices de respiration) est un excellent outil d’ouverture et de purification de ses chakras. Je vais vous proposer un petit exercice. Assis en lotus, le dos droit et le menton légèrement rentré contre la poitrine, inspirez profondément depuis votre base, votre sacrum jusqu’au niveau de Svadhisthana et expirez en empruntant le même chemin ; inspirez depuis votre base jusqu’au niveau de Manipura en passant par Svadhisthana et expirez en redescendant ce canal ; inspirez depuis votre base jusqu’à Anahata en passant par les deux précédents et expirez ; continuez cet exercice en passant de la même façon par les 3 derniers chakras (Vishudhi, Ajna et Sahasrara). Lorsque la respiration passe les 7 chakras, visualisez une lumière dorée qui vous traverse de part en part. Répétez le cycle trois fois.

Une méditation profonde permet une expansion de conscience qui se réalise notamment par le canal du chakra de la couronne (Sahasrara). Plus celui-ci est ouvert, plus le mental se tait. Vous pouvez ainsi visualiser une ouverture lumineuse au sommet de votre tête par lequel vous inspirez et expirez. Le contact avec différents niveaux de conscience s’établit ainsi plus aisément.

La montée de Kundalini est prête !

Laure Terrier de la Chaise

Coin lecture
La Sagesse des chakras, Ellen Tadd, éd. Trédaniel

A lire !
Le Parfum du Yoga
D’amour et d’eau fraiche, oui mais laquelle !
Cure détox, comment se détoxiner ?

Vous avez ♥ l’article ? Dites-le avec un like et partagez-le !

Share This:

Catégories

Blog